L’intrapreneuriat se fait doucement une place dans le monde de l’entreprise. Théorisé il y a 40 ans de l’autre côté de l’Atlantique, il fait à présent partie intégrante de l’activité de certains groupes. L’OCP s’est fait remarque depuis quelques années comme leader de cette stratégie au Maroc.

 

L’intrapreneuriat présente de multiples avantages, tant du côté du salarié que du côté de l’entreprise. En 2020, un nombre croissant d’entreprises décident de sauter le pas de l’entrepreneuriat interne. Zoom sur un concept novateur et redoutablement efficace.

 

Qu’est-ce que l’intrapreneuriat ?

L’intrapreneuriat est l’action d’entreprendre en interne, un intrapreneur est à la fois un salarié et un entrepreneur qui développe un projet pertinent pour son organisation, afin de développer des nouvelles solutions innovantes, et comme avantage il pourra bénéficier des ressources techniques, humaines, voire financières de l’entreprise d’accueil ainsi que d’un encouragement moral sur la durée.

Le préfixe intra- recèle les points de différenciation clés entre l’intrapreneuriat et l’entrepreneuriat, ce qui nous incite à comparer les différences et les ressemblances saillantes entre l’entrepreneur et l’intrapreneur sur plusieurs axes :

  1. L’indépendance :

L’entrepreneur a une forte indépendance dans la conception et le pilotage de son projet contrairement chez l’intrapreneur elle reste relative

  1. Contrainte de temps :

L’intrapreneur prend son temps à optimiser et maturer son projet pour garantir la réussite de son projet, quant à l’entrepreneur il est sous pression pour démontrer rapidement sa réussite

  1. Le risque :

Un entrepreneur assume la plupart des risques, chez l’intrapreneur le risque reste modéré

  1. La valeur ajoutée :

Chez l’intrapreneur, l’entreprise d’accueil confère les garanties additionnelles au partes prenantes, alors que l’entrepreneur doit la démontrer lui-même

  1. Les ressources :

L’entrepreneur doit trouvez toutes les ressources nécessaires, quant à l’intrapreneur à accès à ceux de son entreprise d’accueil

  1. La prise de décision :

L’entrepreneur est impliqué dans toutes les décisions stratégiques, contrairement à l’intrapreneur cette décision est partagée.

En ce qui concerne les ressemblances, ils partagent quatre traits communs, ce sont des softs skills que chaque porteur de projet doit avoir ou doit développer chez lui :

  • La Créativité et l’innovation
  • La persévérance
  • La Motivation et la discipline
  • L’inspiration et la passion

 

Comment mettre en place l’intrapreneuriat dans son entreprise ?

Mettre en place l’intrapreneuriat dans son entreprise ne s’improvise pas. C’est une approche inclusive et structurée.

Il ne s’agit pas de laisser les salariés en totale liberté dans le choix et la gestion des projets, mais bien de construire ensemble une démarche d’entrepreneuriat constructive et encadrée. Les projets d’intrapreneuriat doivent ainsi s’inscrire dans la stratégie globale de l’entreprise.

Développer l’intrapreneuriat au sein de l’entreprise nécessite donc anticipation, préparation et réflexion.

Il s’agit ici de répondre aux questions suivantes :

Comment identifier et recruter les intrapreneurs ?

Comment les encadrer ?

Comment valider les projets ?

Comment communiquer sur le plan interne ?…

Finalement, ce sont toutes les modalités relatives aux projets d’intrapreneuriat qui doivent être définies avant de solliciter les premiers intrapreneurs.

Une fois mis en place, l’intrapreneuriat exige un pilotage continu. Il n’est pas question de laisser les salariés livrés à eux-mêmes, sans cadre précis.

Il est alors essentiel de prévoir une période d’adaptation suite à la mise en place d’un programme d’entrepreneuriat interne. Mais, après quelques ajustements, salariés comme employeurs devraient rapidement récolter les bénéfices d’un tel dispositif.